Mot-clé - Littérature française

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 28 mars 2021

2015 - Emmanuel Carrère, L' Adversaire

L_AdversaireEmprunté à la bibliothèque.

Je lis rarement un roman sur la seule foi de son sujet : le sujet peut être massacré par l'écrivain si son écriture ne se hisse pas à la hauteur, et plus il est attirant  comme un fait divers éminemment romanesque  plus la déception du lecteur sera grande ! C'est ce qui m'arriva avec L' Adversaire

Lire la suite...

lundi 22 janvier 2018

2000 - Sade, Les 120 journées de Sodome

120_journeesAcheté, lu aussitôt.

Je fus incapable de terminer certains romans en raison d’une trop grande violence des descriptions : ainsi American Psycho de Bret Easton Ellis et, exemple encore plus flagrant puisque je ne dépassai pas le premier chapitre, Crash de J.G. Ballard. Pourtant, je n’étais pas une oie blanche de la lecture, j’avais pu lire jusqu’au bout, peu de temps auparavant, Les 120 journées de Sodome. Comment cela avait-il été possible ?

Lire la suite...

lundi 18 septembre 2017

2006 - Charles Dantzig, Dictionnaire égoïste de la littérature française

Dico DantzigEmprunté à la bibliothèque, lu aussitôt. Acheté en 2012 en livre de poche et relu.

De Charles Dantzig, j’avais déjà lu Le grand livre de Proust qu’il a dirigé, le genre d’ouvrage d’agrément qu’on aime lire confortablement installé dans le fauteuil avec à portée de main une tasse de thé et quelques biscuits. Aussi, quand je vis ce Dictionnaire égoïste de la littérature française à la bibliothèque du centre culturel français de Moscou, à propos duquel j’avais d’ailleurs lu des articles élogieux, je le pris avec gourmandise, me réjouissant de ce goût de France que grâce à lui j’allais retrouver chez moi.

Lire la suite...

mercredi 12 juillet 2017

1983 - Hector Malot, Sans famille

Sans-familleEmprunté à ma sœur. Date de lecture purement indicative. 

Par la proximité de leurs thèmes ou de leur atmosphère, des romans sont rangés dans le même fond de notre mémoire si bien que l’évocation de l’un en appelle immédiatement un ou plusieurs autres, et va parfois jusqu’à les confondre. C’est ainsi que dans le billet précédent, alors que je me rappelais avoir lu enfant une version abrégée de David Copperfield, un autre titre me vint immédiatement à l’esprit : Sans famille d’Hector Malot. Sortons les mouchoirs ! 

Lire la suite...

mardi 2 mai 2017

2006 - Saint-Simon, Mémoires I (extraits)

Saint-simonAcheté, lu peu de temps après.

Les éditions pour enfants proposent couramment des romans de la grande littérature dans une version abrégée et c’est dans une telle édition que je lus David Copperfield de Charles Dickens. Je n’ai pas de souvenir de cette lecture, mais bien de ma déception quand je découvris que le livre ne me l’avait pas proposé dans son intégralité. Et quand, au moment de commencer le cahier des lectures, je notai les quelques classiques que je me souvenais avoir déjà lu, je ne me permis pas d’inscrire le roman de Dickens : un roman non lu dans sa version intégrale n’était pas lu !

Lire la suite...

mardi 3 janvier 2017

2010 - Annie Ernaux, Les années

Les_anneesEmprunté à la bibliothèque, lu aussitôt.

Une émission de Finkielkrault ("Répliques" du 12 avril 2008) consacrée, en compagnie de l'écrivain, aux Années suscita pour ce livre une curiosité que je satisfis deux ans plus tard, quand mes préoccupations littéraires du moment me la rappelèrent.

Lire la suite...

mercredi 12 octobre 2016

2014 - Aurélie Filippetti, Les derniers jours de la classe ouvrière

Classe_ouvrière

Emprunté à une amie, lu aussitôt.

L'occasion fait le lecteur : en vacances chez des amis, vous regardez la bibliothèque, et apercevez un livre qui suscite votre curiosité. Vous en avez entendu parler, vous en avez lu des critiques élogieuses ou assassines. Pour peu que vous ayez négligé d'emporter un livre ou que celui que vous avez vous ennuie, et que le livre de vos amis soit assez court pour être lu pendant le temps de ce séjour, vous demandez si vous pouvez le prendre. L'hôte vous l'accorde bien volontiers, et approuve en ajoutant : "Tu verras, c'est intéressant." Alerte !

Lire la suite...

dimanche 7 août 2016

2016 - Delphine de Vigan, D'après une histoire vraie

ViganEmprunté à la bibliothèque, lu aussitôt.

Eté 2016, je retourne chez mes parents. Un congé parental me permet de faire ce que je ne pouvais plus faire depuis des années, m'éloigner de Paris pendant deux mois, et vivre les grandes vacances de la jeunesse. Bénévole dans une bibliothèque dite pour tous, ma mère me proposa d’emprunter D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan, publié peu de temps auparavant, pour que je le lise car elle avait aimé l’habileté de sa construction narrative et était curieuse de mon avis.

Lire la suite...

jeudi 2 juin 2016

2000 - Renaud Camus, Répertoire des délicatesses du français contemporain

delicatesses

Acheté, lu aussitôt.

J'entendis parler de cet ouvrage au moment de son édition en écoutant l'émission Répliques où Alain Finkielkrault avait invité Renaud Camus à parler de la langue française. J'eus tout de suite envie de le lire et achetai donc le Répertoire des délicatesses du français contemporain. 

Lire la suite...

jeudi 12 mai 2016

2004 - Pierre Guyotat, Eden, Eden, Eden

EdenEmprunté à la bibliothèque, lu partiellement.

Cette lecture ne fut pas notée dans le cahier car je ne lus qu'une cinquantaine de pages du récit. Je considérais, en effet, que je ne pouvais compter comme lu qu'un livre dont j'avais tourné toutes les pages ; et longtemps je m'obligeai à terminer tout livre commencé, même s'il ne me plaisait pas. Je me sens maintenant plus libre d'abandonner une lecture si je constate que l'œuvre est mauvaise, que je n'accroche pas du tout à l'œuvre, ou que j'en suis vite rassasiée comme ce fut le cas pour Eden, Eden, Eden.

Lire la suite...

- page 1 de 4