Lectures d'âge adulte

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 7 août 2016

2016 - Delphine de Vigan, D'après une histoire vraie

ViganEmprunté à la bibliothèque, lu aussitôt.

Eté 2016, je retourne chez mes parents. Un congé parental me permet de faire ce que je ne pouvais plus faire depuis des années, m'éloigner de Paris pendant deux mois, et vivre les grandes vacances de la jeunesse. Bénévole dans une bibliothèque dite pour tous, ma mère me proposa d’emprunter D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan, publié peu de temps auparavant, pour que je le lise car elle avait aimé l’habileté de sa construction narrative et était curieuse de mon avis.

Lire la suite...

jeudi 30 juin 2016

2009 - John Steinbeck, Tortilla Flat

tortilla_flatAcheté, lu aussitôt

Quand je tombe amoureuse, j'aime lire les œuvres ou écrivains préférés de l'être aimé. C'est une manière d'entrer dans son intimité et une tentative de comprendre ce qui le meut, quelle est la force qui l'anime. Celui qui deviendrait mon époux me cita, parmi ses œuvres préférées, Tortilla Flat de Steinbeck. 

Lire la suite...

jeudi 2 juin 2016

2000 - Renaud Camus, Répertoire des délicatesses du français contemporain

delicatesses

Acheté, lu aussitôt.

J'entendis parler de cet ouvrage au moment de son édition en écoutant l'émission Répliques où Alain Finkielkrault avait invité Renaud Camus à parler de la langue française. J'eus tout de suite envie de le lire et achetai donc le Répertoire des délicatesses du français contemporain. 

Lire la suite...

jeudi 12 mai 2016

2004 - Pierre Guyotat, Eden, Eden, Eden

EdenEmprunté à la bibliothèque, lu partiellement.

Cette lecture ne fut pas notée dans le cahier car je ne lus qu'une cinquantaine de pages du récit. Je considérais, en effet, que je ne pouvais compter comme lu qu'un livre dont j'avais tourné toutes les pages ; et longtemps je m'obligeai à terminer tout livre commencé, même s'il ne me plaisait pas. Je me sens maintenant plus libre d'abandonner une lecture si je constate que l'œuvre est mauvaise, que je n'accroche pas du tout à l'œuvre, ou que j'en suis vite rassasiée comme ce fut le cas pour Eden, Eden, Eden.

Lire la suite...

mardi 19 avril 2016

1998 - Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre


BagatellesAcheté, lu aussitôt, et revendu.

Je n'aime pas qu'on m'offre des livres ou qu'on tente de me convaincre qu'il faut absolument lire tel ouvrage ; à l'inverse, il suffit qu'on m'en déconseille un avec des arguments moraux ou politiques pour que ma curiosité soit éveillée et que j'y aille voir de plus près. L'avertissement peut venir d'un inconnu dans une librairie qui, me voyant feuilleter un roman de Pierre Guyotat, Tombeau pour 500 000 soldats, m'objurgua de ne surtout pas le lire, ou d'intellectuels dans les médias prévenant contre les écrivains peuplant l'Enfer contemporain : les proto-nazis (Spengler), les fascistes (Julius Evola), les antisémites (Céline). Ajoutons les pédophiles (Matzneff) et le tableau sera complet.

Lire la suite...

mercredi 30 mars 2016

2015 - Marie Darrieussecq, Le bébé

Le_bébé

Emprunté à la bibliothèque, lu aussitôt.

Je clos la série de billets sur le thème de l'accouchement, promis, avec le récit de Marie Darrieussecq, Le bébé, qu'elle écrivit suite à la naissance de son premier enfant et que je lus avant d'accoucher. J'écris ce billet également avant, mais comme il sera publié après, je serai sans doute tentée d'écrire un paragraphe en plus à partir de mon nouvel état de mère.

Lire la suite...

jeudi 10 mars 2016

2015 - Eliette Abécassis, Un heureux événement

Heureux_evenementAcheté, lu immédiatement et vite.

Un livre est lu après un autre livre, et pour un roman il peut être mortel d'être lu, dans la vie d'un lecteur, après une merveille comme Anna Karénine. C'est ce qui arriva récemment à Un heureux événement, le roman à la fois "personnel et subversif brisant les tabous de la maternité" (selon la 4ème de couverture) d'Eliette Abécassis. Après avoir voulu relire le roman de Tolstoï en raison du souvenir d'un récit d'accouchement, je continuai avec Un heureux événement, titre que je croisai plusieurs fois en allant sur des blogs et des forums sur la maternité, et qui, on l'aura compris, traite de la naissance d'un enfant et du bouleversement qu'il entraîne dans la vie d'une femme. Cela dit, même lu après un Marc Lévy, ce livre ne pouvait être sauvé. Pourtant, je faisais partie de son "cœur de cible" marketing, puisque j'étais à quelques jours du terme d'une première grossesse ; j'étais une lectrice idéale. Problème : j'aime la littérature.

Lire la suite...

mercredi 24 février 2016

2003 - Anton Tchékhov, La dame au petit chien

Dame_au_petit_chienAcheté, lu aussitôt.

J'avais déjà lu la nouvelle en français en 2001 parmi quasiment toutes les nouvelles de Tchékhov. Je préfère me référer à une seconde lecture (bien que celle-ci n'ait pas été notée) que je dus faire en 2002 ou 2003 quand, après avoir repris l'étude du russe, je commençai à lire quelques œuvres courtes dans la version originale, de préférence dans une édition bilingue avec la traduction du texte en regard. Le but était d'avoir une lecture la plus continue possible, raison pour laquelle j'évitais les éditions qui proposaient le texte uniquement en langue étrangère avec l'explication du vocabulaire pouvant ne pas être compris. La nouvelle était déjà connue, je pouvais me concentrer sur la langue russe et jeter un rapide coup d'œil sur la traduction française en cas de difficulté. 

Lire la suite...

jeudi 4 février 2016

1997 - Léon Chestov, La Création ex nihilo

Commencements_et_fins

Acheté, lu aussitôt ?

Nos lectures sont maillées, non seulement à nos vies, mais entre elles. Une lecture fait penser à une autre, elle-même influencée par une troisième. Un écrivain nous fait découvrir un autre écrivain qu'il aime qui lui-même... et
Le maillage des lectures se resserre. Démonstration avec ce billet sur un recueil d'articles de Léon Chestov. Pourquoi écrire sur ce recueil ? Pourquoi ce penseur ? 

Lire la suite...

vendredi 15 janvier 2016

2002 - John Updike, Couples

Couples

Emprunté à la bibliothèque, lu aussitôt.

L'écriture du billet précédent sur Anna Karénine m'a fait penser à ma lecture de Couples de John Updike. Curieusement, ce n'est pas tant le sujet qui leur est commun, l'adultère, qui a maillé les deux romans dans ma mémoire mais le fait que je lus le second alors que j'étais dans le bordelais à faire les vendanges, travail qui me mettait dans un état de fatigue et de joie semblable à celui qu'éprouve le personnage de Lévine quand il passe une longue journée d'été à faucher les blés.

Lire la suite...

- page 2 de 5 -